Jardinage durable - Production de compost

Révolutionner le jardinage domestique

Le jardinage durable est devenu un buzzword au sein de la communauté environnementale ces dernières années. Mais que signifie réellement ce terme ? Le jardinage durable est essentiellement un concept consistant en la création de moyens de subsistance et de nutrition physiques, psychologiques et visuels en utilisant les ressources naturelles sans perturber les écosystèmes existants ni augmenter l’empreinte carbone. Les ressources peuvent être autant la terre que l’approvisionnement en eau, les semences, les engrais et bien plus encore. Le jardinage durable a comme principes directeurs la production durable et le respect de l’environnement. Que vous soyez un jardinier durable en herbe ou que vous envisagiez simplement de vous lancer, nous avons réuni ci-dessous plusieurs conseils et astuces environnementales qui vous aiguilleront sur la bonne voie.

Le compost est un terme générique utilisé pour décrire les déchets de jardin organiques décomposés comme les feuilles, les fleurs, les fruits, les brindilles, les branches, l’écorce, les insectes morts, etc. Le compost est extrêmement bénéfique pour le sol cultivé, car il améliore la teneur en nutriments du sol. De plus, sa présence bonifie la rétention de l’eau et l’irrigation interne du sol. En d’autres termes, le compost crée un sol plus sain et plus productif. En raison de toutes ces caractéristiques, le compost est un élément essentiel du jardinage durable. Il aide à recycler les déchets naturels du jardin et à réduire le temps, les efforts et les coûts impliqués dans l’élimination des résidus de jardin. Alors que les composts peuvent être achetés dans les fermes et les marchés fermiers, tout jardinier durable qui se respecte devrait vraiment essayer de le faire soi-même. Ce n’est vraiment pas si difficile !

Compost

La première étape consiste à collecter tous les résidus de jardin. Si votre jardin est sur le balcon ou dans la cuisine, les mêmes principes s’appliquent, faites simplement les ajustements qui se révèlent nécessaires et logiques. Ensuite, accumulez tous les déchets à l’intérieur d’un ou de plusieurs contenants. La collecte n’est pas un processus ponctuel : comme les jardins et les animaux qui y vivent créent quotidiennement des déchets, il s’agit plutôt d’un processus continu. Assurez-vous d’inclure l’herbe coupée lors de la tonte et les branches coupées ou taillées dans le tas de compost. Pour stimuler le processus de décomposition, ajoutez un peu d’eau dans le tas. Mettez-y les mains et mélangez bien. Si vous voulez accélérer le processus, vous pouvez mélanger de l’engrais 10-10-10, un type d’engrais contenant des concentrations de 10 % d’azote, de phosphore et de potassium. Pour garantir une quantité suffisante d’oxygène pour les bactéries et autres micro-organismes pendant le processus de décomposition, mélangez le tas toutes les deux semaines. Si vous sentez qu’il se dessèche, versez-y de l’eau. La décomposition de votre compost sera complétée en environ trois à quatre mois pendant les mois d’été et de printemps, et elle peut prendre jusqu’à cinq à huit mois pendant l’automne et l’hiver. Lorsque vous épandez votre compost frais, évitez de le faire lors de pluies abondantes. Le compost a besoin de plusieurs jours pour se stabiliser, et l’eau de pluie qui ruisselle peut faire en sorte qu’il soit simplement emporté et qu’il aille plutôt s’accumuler en un seul endroit de votre jardin (généralement l’endroit le plus bas).

Compost